L’énigmatique David Sylvian

Gallery
Published at May 29, 2012

Published in Canadian newspaper Mtro and online.

La toute nouvelle compilation A Victim of Stars, 1982-2012 rassemble des uvres tires des 30 dernires annes de carrire solo du complexe et fascinant David Sylvian. Pour loccasion, lancien leader du groupe glam Japan, qui a tourn le dos la clbrit pour se consacrer une vie faite dexplorations musicales, sest confi nous dans une rare entrevue.
A Victim of Stars dbute avec un remix du morceau phare Ghosts, que vous chantiez avec Japan en 1981. tait-ce important pour vous de commencer avec cette pice?
Jai toujours dit que Ghosts tait un point tournant pour moi en termes darrangements et dcriture. ǒa ouvert la porte pour mon travail solo.

Depuis Ghosts, vous vous tes loign de la musique pop traditionnelle. Vous continuez toutefois de vous dcrire comme un musicien pop. Est-ce possible dtre un musicien pop sans ncessairement faire de chansons pop?
Je crois que oui. Aprs tout, cest la musique avec laquelle jai grandi, qui ma influenc. Jaime utiliser le terme musicien pop, car il reste trs vague. Cest un terme gnrique qui me permet de mler diverses sensibilits, diverses influences. Je me qualifie ainsi parce que a me laisse normment de libert.

lcoute des deux albums de cette compilation, nous sommes tmoin de lincroyable volution de votre voix. Lavez-vous toujours perue comme un instrument?
Plutt comme une ncessit. Aussi longtemps que je devrai travailler avec les mots, ma voix fera partie de lquation, et je dois accepter ce fait. Cest une chose trange, vous savez, travailler avec sa propre voix. Une chose inconfortable aussi. Je ne me suis jamais senti laise avec a. Avec lcriture de la musique en gnral non plus, dailleurs. Quand je commence un nouveau projet, je dois toujours repartir zro. On dirait que jai oubli comment crire, comment chanter Je dois alors tout redcouvrir. Cest trs nbuleux et inconfortable!

Et comment faites-vous pour rendre le processus plus agrable?
Il ne lest jamais! Jai travaill avec plusieurs chanteurs qui se sentent trs laise avec leur voix. Ils peuvent interprter nimporte quelle chanson nimporte quel moment et ils russissent la rendre parfaitement. Pour moi, cest diffrent. Je ne me considre pas comme un chanteur-n. Je suis davantage un auteur qui chante parce quil crit.

Vous avez parfois dit que votre musique est une raction au monde qui vous entoure, ce quil vous apprend. Quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise au cours des 30 dernires annes?
Cest une question trs difficile, car ce fut un long voyage. Tant de portes se sont ouvertes pour moi, au cours de mon existence! Jai eu la chance de rencontrer plein de gens intressants qui mont initi la richesse, la plnitude et lintensit de la vie. Jai toujours tent de traduire ces choses dans mon travail.

Vous avez toujours t guid par le dsir dexprimenter. Vous sentez-vous mieux lorsque vous vous mettez en danger que lorsque vous restez confortablement au mme endroit?
Oui. Si on volue en tant quindividu et jespre que je le fais , il me semble naturel que le travail reflte cette volution. Ce qui me semblerait anormal, cest de rester immobile la fois dans mon existence et mon travail. Vous savez, lpoque o elle tait encore puissante, lindustrie de la musique freinait lvolution des artistes et des groupes ds quelle sentait quelle tenait avec eux une formule succs. Je ne crois pas quon ait vu beaucoup dartistes de mon poque sloigner de leur zone de confort ou du style dans lequel ils avaient du succs. Certes, certains lont fait, et dautres ont tent de le faire, mais lorsquils se sont aperus quils avaient perdu un nombre important de spectateurs, ils ont rendoss les rles dans lesquels ils taient aims. Peut-tre quavec la mort de lindustrie, il y aura plus dartistes qui se sentiront libres dvoluer dans divers styles musicaux sans se soucier du nombre de gens qui les suivront ou pas.

Vous-mme avez tourn le dos aux projecteurs [en quittant le groupe Japan au sommet de sa gloire, en 1982]. Diriez-vous que, sous les projecteurs, vous vous sentiez plong dans lobscurit?
En fait, les projecteurs mincommodaient. Certaines personnes sont faites pour vivre dans cette lumire et sy sentent bien. Pour moi, ctait une distraction. Il ma donc paru ncessaire de laisser tout a derrire moi. Mais je ne lai pas fait dans le but de devenir un musicien sotrique, complexe et incomprhensible. Tout ce que je voulais, ctait avoir la libert pour manuvrer et explorer tous les styles que javais le got dexplorer, sans compromis.

Dans une entrevue que vous avez accorde au Rolling Stone en 2001, vous avez dit que lorsquon crit, on doit tre aussi sincre et vulnrable que possible. Est-ce plus difficile dtre sincre et vulnrable lorsquon crit que, par exemple, lorsquon se retrouve sur scne?
En fait, cest le contraire. Du moins pour moi. tre sincre lorsquon crit, cest la chose la plus naturelle au monde. Je crois que, dans mon travail, je suis trs vulnrable et je me mets nu. Sur mes derniers disques, jai procd une vritable fouille archologique de lme! (Rires) Cest toujours reintant, mais je ne me censure jamais. Plus une chanson est honnte, plus elle a de chance de toucher quelquun, et a, cest le but absolu que jai toujours souhait atteindre.

 

For a quick Google translation click here.

Thanks to Nadege Couamin for sharing this information.

 

Read the original article online

©2019 davidsylvian.net | Privacy Policy

or

Log in with your credentials

Forgot your details?